La merveilleuse invention

Quand sommes-nous ? On ne sait pas.
Où sommes-nous ? Encore moins…

Mais quel est ce médicament miracle, cette « Merveilleuse invention » qui a fait que les hommes ne grandissent plus au-delà de l’enfance ?

Mais que font ces chercheurs aux allures d’écoliers, perdus au milieu de nulle part ?

Ils tentent de sauver le monde…

Créé le 14 novembre 2016 au théâtre Athéna d’Aulnay
Écrit et mis en scène par Laurent Cottel, assisté de Romain Darrieu

 

Si la science nous offre une meilleure espérance de vie, elle nous la donne en tant que vieillard, alors que c’est la jeunesse, celle de nos illusions, de nos rêves, celle de la promesse d’une peau lisse et d’un sourire de pub, que nous voudrions prolonger.

Mais comment évoluerions-nous si nous étions dénués de la possibilité de grandir, et si nous n’avions ni poils, ni rides, ni désir sexuel ? Qu’est-ce que vivre, quand le temps n’a plus d’emprise ? Qu’est-ce que mourir, quand rien ne se recréera après vous ?

Ce spectacle est articulé comme un conte philosophique, une épopée construite par les étapes importantes de la structuration de l’être. Les personnages sont enfermés dans un impossible et avancent par les chemins escarpés de la vie, jonchés d’obstacles incontournables : les interdits à transgresser, les découvertes, les émerveillements, les prises de conscience et les choix à faire… et les questions fondamentales d’un univers qui se meurt de n’avoir pas voulu évoluer.

La merveilleuse invention - Compagnie Les Enfants Perdus
Décor La merveilleuse invention - Compagnie Les Enfants Perdus

 

Quelle est la nécessité de montrer ou de cacher certains éléments visuels du récit ? Les actions du texte se déroulent dans un espace multiple : laboratoire, bibliothèque interdite, à l’extérieur au milieu de la forêt… Comment faire exister une succession d’images (scènes) avec la même force qu’au cinéma à travers la scénographie d’une pièce de théâtre ? La force d’un plateau de théâtre n’est-elle pas de susciter l’imaginaire ? Comment laisser le spectateur faire son propre rêve ?

Ces questions ont servi à nourrir notre propos.

La scénographie est composée d’un module principal (le bateau-laboratoire) voguant sur une immense mer de plastique. Cet espace total vient se redécouper en d’autres espaces ouvrant ainsi naturellement l’imaginaire des spectateurs.

Très peu d’accessoires sont présents. Tout est dans la sensation et la suggestion.

Cette scénographie est composée comme un livre ouvert dont les pages sont blanches. À chacun d’y transposer ses images et ses émotions.

 

Distribution (en alternance)

  • Noé Chéron
  • Justine Daumas-Chauvet
  • Tonni Doix
  • Ambre Evano
  • Alice Gachelinv
  • Capucine Gautier
  • Awen Garnier
  • Jude Josso-Mayaud
  • Margaux Le Duc
  • Le Gloahec Angelo
  • Luan Morvan
  • Lucie Louër

 

Équipe de création

  • Écrit et mis en scène par Laurent Cottel
  • Assistant mise en scène Romain Darrieu
  • Création musicale Francis Martin
  • Chants Anne-Marie Concé
  • Scénographie et costumes Paul Trottet
  • Construction Sylvain Denise
  • Fabrication costumes Nina Aubanel et Océane Gerun
  • Lumières Max Rosnarho
  • Son Mika Roussel
  • Plateau Bruno Damiani
  • Administration et diffusion Philbert Du Rosel

En images

Dates de représentations

Durée du spectacle :
1h10

Partenaires

Une production :
Compagnie les enfants perdus.

Une coproduction :
Centre Athéna, ville d’Auray. Avec le soutien des DRAC Normandie et Bretagne, Région Normandie, Conseil départemental de l’Orne, Maison du théâtre d’Amiens, Quai des rêves de Lamballe, CDC de la Vallée de la Haute-Sarthe, Bretagne Sud Habitat.

Remerciements à :
Christian Chamaillard, Guylaine Le Meut et toute l’équipe du Centre Culturel Athéna ville d’Auray, Pierre-Yves Henry et l’équipe du Quai des rêves de Lamballe, les parents des enfants comédiens.